« Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant ; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut ; seulement que ce soit dans le Seigneur. Elle est plus heureuse néanmoins si elle demeure comme elle est, suivant mon avis. Et moi aussi, je crois avoir l’Esprit de Dieu. » 1 Corinthiens 7 : 39-40

Après le décès de l’époux, que doit devenir la femme mariée ? Comment la société la voit –elle désormais ? Que souhaite pour elle son Créateur ? Saint Paul pose avec acuité la question de son devenir sentimental et relationnel. La préoccupation est si délicate quand on sait ce qu’est une vie conjugale harmonieuse, vécue avec complicité et amour, ce même malgré les différends ponctuels qui ne manquent pas sous les toits. Lesquels à notre sens animent simplement la vie au foyer. Nos ancêtres africains l’avaient si bien compris et baptisé l’amitié entre époux, « l’amitié- problèmes ». (Traduit en Français, ceci n’a pas la même consonance.

Alors quand on ne peut plus vivre cette ambiance parce que la vie vous a ôté ce que vous aviez de plus cher, que devenir ? La vie à deux laisse tellement d’empreintes dans le cœur d’une femme aimante et amoureuse. Si Dieu vous a fait la grâce des enfants, comment tourner la page ? Comment se déshabiller à nouveau et s’adonner à un autre pour tous les plaisirs d’une autre vie conjugale? (Avec le risque de refaire sa vie avec un non croyant et se retrouver davantage meurtrie) ? Que deviennent vos anciens projets qui étaient la vision d’une vie commune avec Untel, unique, en tant que Créature de Dieu ? Comment gérer sa nouvelle condition solitaire ?

Pour toutes ces raisons, Paul tout en rappelant qu’elle est libre de rentrer dans d’autres liens, suggère avec la voix de la sagesse qu’il est mieux pour celle-ci de demeurer seule pour poursuivre sa mission sur terre. Envisager une autre relation physique c’est aller au-devant de bien des complications eut égard aux acquis de sa propre vie. Elle se sent comme une proie pour la societé et toutes ses perversions.

Comment gérer la solitude, la suite ? La parole déclare qu’elle est plus heureuse si elle demeure comme elle est (V40). Et c’est le moment d’avoir sa meilleure relation et développer une intimité profonde avec Dieu, loin des bruits permanents et des obligations du mariage dont la mort l’a libérée. En effet, c’est une tranche de vie certes difficile, mais le positif c’est le retour de son cœur entier à la source de sa vie (Dieu). Le positif c’est de revisiter sa mission de vie, la raison pour laquelle on a été créé, rectifier le tir pour rentrer pleinement dans le plan de Dieu, s’abandonner avec confiance entre Ses puissantes mains. Tourner totalement son cœur vers Dieu qui le partageait antérieurement avec un humain. Le veuvage n’est pas l’idéal dans une vie, mais les voies du Seigneur sont insondables et il demeure souverain. Il réinvite ce matin à continuer à lui réserver pleinement notre confiance en toute situation. Alors prions :

Eternel notre Dieu notre père, C’est Toi qui a institué le célibat pour certains, le mariage et aussi le veuvage pour d’autres. Père nous venons te redire notre confiance et reconnaitre Ta souveraineté dans toutes les conditions que nous sommes appelés à vivre. Donne nous de les vivre avec équilibre, soutiens toutes les veuves de la terre, et révèle leur Ton plan parfait pour un bon vécu du reste de leur pèlerinage sur terre. Pourvois à tous leurs besoins matériels et prend soin de leur équilibre moral et psychologique. Par Jésus qui nous donne de vivre toute circonstance, avec hauteur et mentalité de vainqueur, nous avons ainsi prié, Amen.

Bon courage les veuves, bon courage mes sœurs. Gardez le regard rivé sur Dieu notre Créateur.

🙏

Si vous avez aimé cette méditation, partagez la autour de vous