Les divorces (c’est-à-dire la séparation de deux personnes formellement mariées) sont de plus en plus courants dans notre société. A la question de savoir s’il est autorisé de répudier sa femme ou de quitter son mari pour en épouser un/une autre tel qu’on voit faire, le Seigneur Jésus, piégé par les pharisiens dans cette question tendancieuse, répond par l’affirmative au regard de la loi de Moise, qui elle, s’explique par la dureté du cœur de ce peuple. Cependant Jésus apporte une grande précision relative à la pensée originelle de Dieu au sujet de cette institution plutôt sacrée : Oui il est permis de divorcer quand l’harmonie et la symbiose conjugale ne sont pas au rendez-vous (lesquelles sont les raisons très souvent évoquées) « Mais au commencement de la création, Dieu fit l’homme et la femme : c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a uni » Marc 10 :6-9

C’est donc à contrecœur que Jésus approuve cette disposition légale en vigueur car elle va à l’encontre de la sacralité du mariage. D’autres questions que beaucoup serait tenté de poser c’est de savoir si l’on est tenu de rester ensemble si l’on est malheureux ? S’il Ya incompatibilité d’humeur ? Si l’un des conjoints trouve désormais son bonheur en une autre personne dont elle se dit amoureuse ?, pour ne citer que ces préoccupations-là. Retenons que le mariage au-delà des sentiments qui peuvent converger ou diverger à un moment donné (comme son nom l’indique, senti-qui-ment) est un engagement et les protagonistes sont des hommes d’honneur. Cet engagement nous affecte la responsabilité à l’un comme à l’autre et même aux témoins, de veiller à l’harmonie conjugale. Il faut de ce fait bien choisir son conjoint et bien réfléchir avant de prendre cette décision, en considération de ce qu’elle durera pour toujours. Il est d’ailleurs prescrit « que nul ne sépare ce que Dieu a uni ». Dans la tradition bamiléké le symbole de l’unité se voit dans deux boissons différentes mélangées, le jour du mariage coutumier. Pensez-vous dès lors que le vin de raphia est associé à une autre boisson, qu’il soit encore possible de remettre les choses à l’état antérieur ? Que non. Alors, aux semeurs de trouble dans les relations, aux conjoints eux-mêmes, il est dit que personne ne tente de séparer ce que Dieu a uni. Ceci explique aussi la longueur des procédures judiciaires y relatives où le juge, placé devant cet embarras, fait son possible pour parvenir à une conciliation. Parvenir à divorcer n’est donc pas une victoire mais plutôt un grand échec.

Seigneur notre Dieu, donne à chacun de nous de comprendre que le mariage est un appel. Viens au secours de l’harmonie et de l’unité au sein de nos foyers. Donne à chacun de nous d’y voir sa responsabilité. Quand surviennent les menaces à l’unité, que nous puissions l’identifier au malin, le diviseur, le destructeur. Père donne aux futurs couples de prendre un engagement conscient et mesuré, et non une décision juste pour se donner d’arborer un anneau et dire « je suis marié(e) ». Permet aux aspirants au mariage de rencontrer la bonne personne, mais au demeurant savoir que se marier n’est pas une fin en soi car certains dans leur condition de célibataire, remplissent convenablement le plan de Dieu pour leur destinée. Donne nous de comprendre que l'harmonie de nos familles impacte la societé entière. Donne nous Seigneur d’avoir du respect pour les personnes mariées et éloigne de nous l’envie de se constituer en semeurs de troubles. (Comme dit un adage, entre l’écorce et l’arbre ne met pas ton doigt). Que la pensée originelle de Dieu habite nos foyers, et que les conjoints se rendent à l’évidence qu’ils sont une seule chair, et que personne ne peut se défaire de sa propre chair. Donne nous de nous souvenir de nos roles: Femmes soyez soumises et vertueuses. Maris, aimez vos femmes qui sont les secrets à appliquer pour la pérennité. Nous avons ainsi prié au nom de Jésus Christ, qui vit et règne dans l’unité du Saint Esprit. Amen.

 

 

🙏

Si vous avez aimé cette méditation, partagez la autour de vous