Se repentir et répondre à l'appel du Seigneur

Marc 1 :14-20 / Jonas 3 :1-10 / 1 Cor 7 : 29-31 sont les trois textes proposés ce jour par le calendrier liturgique, lesquels inspirent cette prédication du Révérend NOUKOUA Jean Roland.

Les rassemblements dominicaux en communauté sont des moments où Dieu vient à la rencontre de son peuple. Nous venons vivre une union mystique avec le Seigneur Jésus, la parole incarnée. En ce temps de l’épiphanie qui dure 14 semaines après Noël, Jésus se rend visible au monde. Il se révèle comme amour du père et chemin qui conduit à la vérité et à la plénitude de la vie.

L’évangile de Marc, présente Jésus, fils de Dieu, Sauveur de l’humanité à l’entame de son ministère. Les premiers auditeurs du Messie sont des païens de Galilée, des incrédules et le Seigneur insiste car la lumière doit briller en Galilée. Marc attire l’attention sur la particularité de la mission terrestre de Jésus. Cette portion de texte porte deux grandes idées :

Du verset 14 à 15 il est question de la repentance en vue de la foi et de la bonne nouvelle. Les versets 16 à 20 portent sur l’appel des disciples à sa suite.

D’entrée de jeu dans ce texte c’est l’arrestation de Jean Baptiste, le cousin précurseur de Jésus. La raison ne nous est pas donnée dans ce texte mais plus loin au chapitre 6 :17-18, il nous est dit qu’Hérode le despote sanguinaire l’a arrêté à cause de la dénonciation de ses exactions. Jean Baptiste va en prison pour avoir dit la vérité qui dérange. Jésus prend donc la suite de Jean Baptiste arrêté. Lui-même sera victime et mourra de façon ignominieuse sur une croix.

Les amis de la vérité ont toujours été victimes de persécutions atroces à cause de leur foi. La lumière et les ténèbres ne peuvent cheminer ensemble. Jésus va vers les païens briser les tabous d’Israël qui disaient que les païens n’ont pas droit à la bonne nouvelle.

L’Eglise à la suite de Jésus est en mission dans le monde pour prêcher la repentance en vue de la conversion. Jésus vient vers les païens leur signifier que le royaume s’est rapproché d’eux.

Oui se repentir c’est se détourner du péché pour vivre une intimité avec le Seigneur. La repentance et la foi en la bonne nouvelle sont les clés qui ouvrent le royaume de Dieu.

L’histoire de Jonas nous parle. Avalé par un poisson, celui-ci a été recraché à Ninive pour prêcher la bonne nouvelle or il avait longtemps refusé de se rendre sur ce territoire. Son message a touché la sensibilité de tout un peuple et il y a eu un jeune national à Ninive pour manifester la repentance. La repentance demande de se dépouiller, se défaire de tout ce qui déshonore Christ. Elle est intérieure et extérieure et embrasse tous les domaines de nos vies. Choisir de ne plus mal faire. La repentance débouche sur une vie d’obéissance dans le Seigneur.

La seconde grande idée que porte ce texte c’est l’appel et la vocation. Le Seigneur va procéder au recrutement de quatre disciples. Deux frères à l’appel du Seigneur s’engagent à sa suite sans se soucier du reste. Les deux fils de Zébédée font aussi pareil laissant derrière eux un parent vieux et handicapé marchant carrément avec des béquilles. Quand Jésus appelle, une obéissance immédiate est exigée. Jésus ne recrute pas pour recruter et appelle ceux qui se disposent, pour la suite de la mission. Certains auraient posé la question de savoir, tu nous appelles ? Quelles sont les clauses du contrat ? Y aura-t-il des avantages pour nous dans ce travail ?

Le Seigneur qui appelle, veille au reste, à tout le reste. C’est lui qui nous donne tout. Il équipe et pourvoit pour la mission. Quand on sert le Seigneur, on est comblé, même sans aucun bagage matériel de la terre. Rien n’est forcé, on note une prédilection et une aisance quand ce travail est fait avec la crainte du seigneur. Le vrai appelé se met au service du Seigneur. Peut-on dans nos églises actuelles parler de vocation et d’appel réels? Le mercenariat a infesté l’Eglise de Jésus Christ. Le gangstérisme y est à ciel ouvert. Au regard des comportements des uns et autres, Il y a un véritable problème de vocation à décrier dans l’Eglise même. Chacun est interpellé et doit revoir son appel, son engagement.

La conscience individuelle et collective est interpellée pour une introspection au travers de ces 3 questions :

  1. Qui m’a réellement appelé ? pensons à l’appel d’Eli dimanche dernier.
  2. Dans quelles circonstances as-tu reçu l’appel ?
  3. Comment honores-tu cet engagement ? comment sers-tu le Seigneur ?

Si le Seigneur m’a confié une mission, en suis-je conscient ? Si je suis un mercenaire l’urgence est signalée d’en prendre conscience et de me repentir. La repentance et la réponse positive à l’appel nous donne de vivre une vie de prospérité. Partageons ces paroles avec les absents et les incrédules et que le Seigneur nous donne de prendre au sérieux notre appel pour le servir dans la crainte et le tremblement. Amen

Bon dimanche et excellente semaine dans le Seigneur.

 

🙏

Si vous avez aimé cette méditation, partagez la autour de vous