Se reconnaitre pécheur est le premier pas vers la repentance. Solliciter la miséricorde de Dieu après cette prise de conscience est le second pas important, symbole de regret, de soumission. Certaines situations invitent à se demander quelle est la corrélation entre mon agir et les épreuves de mon pèlerinage. En effet, nous sommes quelques fois auteurs de nos épreuves par notre préférence au péché. Tout comme David, qui malgré ses multiples femmes s’est encore permis de prendre celle d’Urie, le livrant de surcroit à la mort, celui qui viole les préceptes de Dieu, devrait être préparé au châtiment. Regrets et sentiment de culpabilité sont alors notre lot quand nous réalisons que nous avons offensé Dieu. On craint la correction méritée qui nous attend. Quelques soient nos iniquités, supplions le Seigneur : « Éternel ! Ne me punis pas dans ta colère et ne me châtie pas dans ta fureur. Aie pitié de moi Éternel, car je suis sans force ; Guéris-moi, Éternel, car mes os sont tremblants. Mon âme aussi est très troublée ; » Psaume 6 :2-4

Par nos chutes et nos rechutes, il importe de prendre conscience que la loi divine vise notre propre épanouissement. Notre Créateur sait tout et veille sur nous tous. Il a sacrifié son Fils unique pour le salut de l’humanité. Il tient la terre dans ses mains. La vie et la mort sont en son pouvoir. Son esprit en nous, la voix de la conscience, assure le rappel à l’ordre. Ceci nous conduit à le craindre, nous amender, à nous abstenir devant les circonstances de péchés futures, Ne dit-on pas que la crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse ? Dieu nous aime. Il aime trop son racheté pour le laisser dans le désespoir. Il n’est plus fâché contre l’humanité. Nous vivons l’ère de la grâce. Jésus a payé pour toutes nos fautes passées, présentes et futures. Qui confesse sincèrement Jésus est transformé, racheté, et devient une nouvelle créature. Il n’a plus à vivre avec le sentiment de culpabilité. Les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles. La culpabilité n’a plus de place car Jésus a payé le prix. Personne ne nous surveille plus. Nous sommes libres. Et c’est dans la liberté que se manifeste la responsabilité. Nous commençons alors à manifester Christ. Nous commençons à ne vivre que pour faire le bien. Nous commençons à vivre pleinement.

Seigneur notre Dieu, à l’aube de ce nouveau jour, nous disons merci pour le renouvellement. Merci Seigneur de nous donner de comprendre que l’œuvre de Jésus à la croix et notre profession de foi, sont désormais les clés de notre relation car il est le chemin, la vérité et la vie. Merci de nous donner de comprendre que Tu n’es plus fâché contre l’humanité, que nous vivons l’ère de la réconciliation et que tous les rachetés sont attendus dans tes bras paternels qui demeurent grands ouverts. Tendre Père, merci d’être ce Papa inclusif, accueille nous tels que nous sommes. La chair étant faible, Seigneur donne nous l’humilité de te confesser nos fautes et querir ton indulgence par Jésus, pour une intimité toujours harmonieuse avec Toi. Christ nous a affranchis, nous voulons que se manifeste toute notre responsabilité dans notre liberté. Nous voulons être des hommes nouveaux. Nous voulons le refléter, le manifester dans notre quotidien. Soutiens notre volonté, accorde nous d’être toujours sages. Que notre agir soit pour nos semblables un élément de séduction, un élément qui les confortera dans leur foi. Seigneur Jésus, Toi qui nous accorde toutes grâces, c’est en ton nom Puissant que nous avons ainsi prié. Amen

🙏

Si vous avez aimé cette méditation, partagez la autour de vous