Ce que nous souhaitons, déclarons, confessons, mettons dans nos pensées, appelle à manifestation. Alors voici notre affirmation d'aujourdhui: « Éternel! Je n'ai ni un cœur qui s'enfle, ni des regards hautains; Je ne m'occupe pas de choses trop grandes et trop relevées pour moi. » Pour t’honorer, je pratique l’humilité instruite dans Ta parole. Avec David dans le psaume 131:1, prions afin que cette affirmation prenne corps dans nos vies.

Tendre papa céleste, lumière intérieure de chacun de Tes enfants, merci pour la grâce du réveil. La nature s’éveille et nous avons tant de plaisir à écouter les cocoricos, le chant des oiseaux et le coassement des grenouilles qui signifient pareillement leur joie d’être encore en vie. Notre évocation de ce matin nous rappelle Ton omniprésence et Ta fidélité dans la vie de tous ceux qui Te cherchent en esprit et en vérité. Elle nous rappelle comment se doivent d’être les vrais adorateurs. Nos premières pensées magnifient, louent, adorent, exaltent le Roi des rois, la Puissance Suprême, Toi notre tendre Papa.

La portion de Ta parole lue plus haut, est une invite à la mesure, à la gratitude, au contentement, à la relativité. Il est question dans notre pèlerinage de bannir la fierté excessive, les sentiments d'orgueil et de suffisance, les airs de supériorité. Ne pas regarder les autres de haut quand socialement on a réussi et pas eux. Encore qu'il faille savoir apprécier en quoi consiste la réussite sociale. Tant qu'il nous est possible, le défi est de mener son entourage à un équilibre qui lui donne l'autonomie et une indépendance vis à vis de nous. Ce qui réduit les occasions de manifester, marquer avec dédain, la distance d'avec les moins nantis, ceux-là qui n'ont pas encore eu les mêmes privilèges que nous et qui gardent la main tendue. Il faut surtout se dire que la roue tourne, qu’aucune condition n’est statique et que les voies du Seigneur sont insondables. Que qui donne aux nécessiteux prête à Dieu car le bien que l'on fait nous est toujours rendu coefficié.

De l'autre côté comme dit la sagesse des grand-mères bantou, il faut "savoir accrocher son sac là où on peut tendre la main et le reprendre sans peine". C'est apprendre l'art du contentement, ne pas développer des ambitions démesurées qui peuvent nous conduire à des actes regrettables. Le démuni qui vole une voiture par exemple, se limite au plaisir de pouvoir rouler avec elle. Et ignore qu'il faille l'entretenir et y mettre du carburant pour qu'elle fonctionne. Seigneur enseigne à nos cœurs, l'art du contentement, de la relativité, de la sérénité, de la mesure. Donne nous de réaliser que le bonheur c’est savoir apprécier le peu que l’on a. Dépouille nos cœurs de fierté excessive, de vanités et de futilités.

Donnes-nous d'être sereins, calmes dans notre appréhension de tout, de mener agréablement une vie à notre mesure. Donnes-nous de bien vivre nos réalités. Pour compter de ce jour, donnes nous de pouvoir l'expérimenter. Donnes nous de ne pas être envieux et d'être contents de ce que l'autre ait pu se réaliser matériellement. Donnes nous de faire prévaloir l'amour que nous avons en Christ notre partage, et qui ne fait acception d'aucune de ses créatures: riches-pauvres, forts-faibles, grands-petits. Donnes nous de se sentir privilégiés d'avoir choisi d'être chrétien et de mener une vie chrétienne aux valeurs admirables. Par Jésus Christ qui a fait pour nous de grandes choses, oui par ce Jésus qui nous a rendu tous égaux, nous avons ainsi prié. Amen. JDD!

English version by Valery EKANE

CULTIVATE THE ART OF MEASUREMENT

What we wish, declare, confess, put in our thoughts, call for manifestation. So here is our statement today: "Lord! I have neither a swelling heart nor haughty looks; I do not mind things that are too big and too high for me”. To honor you, I practice the humility instructed in Your word. With David in Psalm 131: 1, pray that this affirmation will take shape in our lives.

Heavenly Father, inner light of each of your children, thank you for the grace of awakening. Nature awakens and we have so much pleasure listening to the cocoricos, the song of the birds and the croaking of the frogs which also mean their joy of being alive. Our evocation this morning reminds us of your omnipresence and your fidelity in the life of all those who seek you in spirit and in truth. It reminds us how to be true worshipers. Our first thoughts magnify, praise, adore, exalt the King of kings, the Supreme Power, You our dear Father.

The portion of Thy word read above is an invitation to measure, to gratitude, to contentment, to relativity. It is a question in our pilgrimage of banishing excessive pride, feelings of pride and self-sufficiency, the air of superiority.

Do not look down on others when socially we have succeeded and not them. Yet we must know how to appreciate what social success is. As long as we can, the challenge is to lead those around to a balance that gives them independence and independence from us. This reduces the opportunities for demonstrating, disdainfully marking the distance of the less fortunate, those who have not yet had the same privileges as us and who keep their hand outstretched. Above all, it must be said that the wheel turns, that no condition is static and that the ways of the Lord are unfathomable. That which gives to the needy lends to God because the good that is done to us is always made perceptible.

On the other side, as the wisdom of the Bantu grandmothers says, you have to "know how to hang your bag where you can reach out and take it back easily". It is learning the art of contentment, not developing exaggerated ambitions that can lead us to regrettable acts. The poor who steals a car for example, is limited to the pleasure of being able to ride with it. And ignore the need to maintain it and put fuel for it to work.

Lord teach our hearts the art of contentment, relativity, serenity, measure. Give us to realize that happiness is knowing how to appreciate the little that we have. Strip our hearts of excessive pride, vanities, and trivia.

Give us to be serene, calm in our apprehension of everything, to lead a pleasant life to our measure. Give us to live well our realities. From this day, give us to be able to experiment it. Give us not to be envious and to be happy that the other has been realized materially. Teach us to make prevail the love that we have in Christ, and that does not accept any of his creatures: rich-poor, strong-weak, great-little. Let us feel privileged to have chosen to be a Christian and lead a Christian life with admirable values. Through Jesus Christ who did great things for us, yes, through Jesus who made us all equal, so we prayed. Amen. JDD!

 

🙏

Si vous avez aimé cette méditation, partagez la autour de vous